Le Crépuscule des hommes

Philippe Testa

Critique du 22/09/2014 par Elisabeth Vust

«La vie quotidienne, si on n'y prenait pas garde, avait la faculté de ronger l’être sur place et le laisser asséché, inarticulé et rance, incapable de ne plus rien apprécier». Tirée de ce nouveau roman du Lausannois Philippe Testa, cette phrase n’aurait pas dépareillée dans ses trois précédentes parutions. Dans l’insolite récit de voyage Far West/ Extrême Orient (2004), les nouvelles autour d’histoires d’amour souvent bancales Love (2006), et la chronique d’un homme qui fuit la réalité Sonny (2009, Prix Roman des Romands). Dans chacun, il est question de l’existence...

Continuer la lecture